Le paradoxe du DSI ou le laissé-pour-compte de la digitalisation

 

… Les DSI évoluent dans un environnement complexe et en constante évolution. Ils sont à la manœuvre pour digitaliser l’entreprise en veillant à améliorer la performance des métiers, favoriser la collaboration tout en stimulant l’innovation. Toutes leurs actions sont tournées vers les besoins des autres services afin d’améliorer leurs processus et automatiser, autant que faire se peut, les fonctions les plus fondamentales pour l’activité de l’entreprise, sa compétitivité et son agilité.

Cependant, pour la gestion et le pilotage de leurs propres activités, les managers de la DSI sont comme des cordonniers mal chaussés : ils ne disposent pas des outils numériques adéquats. Trop souvent, pour gérer les quatre piliers du management d’un service informatique (budgets, fournisseurs, portefeuille projets et équipes), ils en sont réduits à recourir à des feuilles Excel. Un pis-aller très complexe à manier au jour le jour et chronophage. Tous ceux qui ont eu à remanier des budgets sur une feuille Excel savent de quoi je parle. À une époque où l’agilité des méthodes et des processus est en tête des préoccupations de tous les métiers de l’entreprise, cet archaïsme dans le fonctionnement de la DSI persiste encore dans l’immense majorité des organisations.

Les avantages de la digitalisation de la DSI

La transformation numérique, la concurrence, et les incertitudes économiques et sanitaires qui pèsent sur les entreprises ont considérablement accéléré le rythme des innovations pour maintenir la compétitivité. Les cycles se sont raccourcis et la gestion en tunnel des projets n’est plus une option. Par exemple, la gestion des budgets informatiques ou du portefeuille projets se faisait à l’année ou au trimestre, mais à présent, c’est presque une gestion au jour le jour qu’il faut pour s’adapter aux besoins de l’entreprise, aux événements et aux incidents quotidiens. 

Par ailleurs, les attentes des métiers et de la direction au regard de la DSI sont de plus en plus importantes. Ils en attendent des réponses pour mieux s’adapter aux fluctuations des événements. Tout comme les autres métiers, la DSI peut être digitalisée pour pouvoir répondre à ces expectatives. C’est aussi lui apporter l’agilité nécessaire pour une plus grande fluidité des processus et une réactivité qui colle au raccourcissement des cycles décisionnels. Digitaliser la DSI c’est enfin lui permettre une amélioration globale de ses performances, de sa productivité et de sa communication avec les autres services et la direction.

En utilisant ses propres outils de gestion interne, elle disposera d’un environnement de travail collaboratif et efficace, de processus plus performants et agiles. La digitalisation lui permettra en outre d’automatiser les processus pour un pilotage en temps réel qui améliore sa productivité, sa réactivité, et réduira ses coûts.

Abraxio, une plateforme par et pour les DSI

Abraxio est la première plateforme de gestion opérationnelle et de pilotage de la direction des systèmes d’information. C’est un acteur innovant dont les créateurs, d’anciens DSI, ont vécu ce paradoxe et perçu les nouveaux enjeux autour de la DSI. Budget, portefeuille projets, fournisseurs, équipes, la solution pour DSI d’Abraxio apporte un cadre de travail structuré, productif et collaboratif. En s’appuyant sur les données de gestion et en traitant aussi bien les activités de fonctionnement que les projets d’investissement, elle apporte nativement une capacité d’analyse en temps réel, d’optimisation des coûts et des ressources, et de communication.

Par Samuel Revenu, Cofondateur & CEO d’Abraxio